Méditerranée : Un pas en avant vers une biodiversité sans plastiques

Le projet Interreg “Plastic Busters MPAs” ou PBMPAs est constitué de 16 partenaires. Il a pour but de protéger du plastique la mer de Méditerranée. À cette fin, 5 millions d’euros ainsi que 43 pays euroméditerranéens aident à la réalisation de cette initiative. Cela va contribuer au maintien de la biodiversité et à la préservation des écosystèmes naturels dans les Aires Marines Protégées (AMP) de Méditerranée.

Illustration de la situation dans la Méditerranée

250 milliards, c’est le chiffre qui fait de la Méditerranée l’une des zones les plus touchées par le danger des déchets marins dans le monde entier.

De plus en plus de rapports scientifiques mettent en évidence les effets néfastes du plastique pour la faune et la flore locale. Les risques présents dans les écosystèmes de la Méditerranée sont des risques de bio accumulation, d’ingestion de substances toxiques mais aussi de dommages causés aux habitats naturels et aux communautés. On relatait en 2018 plus de 660 espèces touchées par cette cause de mortalité.

Malgré les progrès récents réalisés dans le cadre du plan régional de Barcelone Convention pour la gestion des déchets du milieu marin en Méditerranée et dans la Directive de l’Union européenne cadre stratégie Marine, il y a encore un long chemin avant de mettre en œuvre des engagements politiques et de réduire efficacement la quantité de déchets marins et les risques posés pour la faune marine méditerranéenne.

À ce jour, l’impact des déchets marins sur les espèces qui habitent les aires marines protégées (amp) reste mal compris ; Toutefois, des études récentes mettent en avant les risques potentiels pour les espèces en voie de disparition, menacées et endémiques demeurant dans des AMP côtières et pélagiques méditerranéens.

Que font les chercheurs du projet PBMPAs ?

Le projet Plastic Busters MPAs se concentre sur le problème des déchets plastiques dans la mer Méditerranéenne. Son but est de renforcer nos connaissances, méthodes et outils pour que cette mer redevienne un bon environnement.

Les scientifiques de ce projet se focalisent sur :

  • Étudier l’évolution des micros et macrodéchets plastiques dans la mer.
  • Évaluer les impacte sur la biodiversité marine.
  • Identifier les points qui concentrent le plus de déchets. Ceci servira pour des actions de prévention ainsi qu’à atténuer la quantité des déchets marins dans les zones les plus touchées de la mer.
  • Présenter les résultats de leurs mesures de prévention et d’atténuation de détritus marins.
  • Renforcer les capacités et le transfert des connaissances sur les déchets marins afin de créer des mesures efficaces et continues contre les déchets marins dans les zones marines protégées de Méditerranée.
  • Mettre en place un plan de gouvernance conjointe pour la gestion des déchets marins dans les amp pélagiques et côtières. Il permettra de consolider toutes les connaissances acquises tout au long du cycle de vie du projet et permettra aux gestionnaires, décideurs et autres acteurs MPA, d’entreprendre une action coordonnée et ciblée contre les détritus marins. Des décideurs sont impliqués tout au long de toutes les phases du projet afin d’assurer un lien concret des activités du projet avec les besoins de la politique, renforçant ainsi considérablement l’interface science-politique-pratique.

Quels résultats sont attendus pour la biodiversité de la Méditerranée ?

Ce projet vise à réaliser un diagnostic complet autant quantitativement que qualitativement, de l’impacte qu’ont engendré les déchets plastiques sur la biodiversité de la mer Méditerranée.

Il conduira, par la suite, à renforcer la protection de la biodiversité et des écosystèmes dans les AMP pélagiques et côtières grâce à une prévention ciblée.

Enfin, cela va permettre d’accélérer le transfert de connaissances à « MPAs Med » ainsi que de mettre en place de meilleures pratiques pour lutter contre les déchets marins.

Ce qu’il faut retenir :

  • Le projet « Interreg PBMPA’s » contribue à la protection de la biodiversité Méditerranéenne en cherchant des solutions au problème des déchets plastiques.
  • 16 partenaires, 43 pays et 5 millions d’euros composent ce projet.
  • La Méditerranée est l’une des mers la plus mise en danger par les déchets plastiques dans le monde. On y recense plus de 250 milliards de microplastiques.

0 thoughts on “Méditerranée : Un pas en avant vers une biodiversité sans plastiques”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *