Menu

Une galaxie au centre du monde

4 janvier 2019 - Phénomène naturel
Une galaxie au centre du monde

Il existe sur l’île du Nord en Nouvelle-Zélande un phénomène naturel incroyable.

Une galaxie souterraine.

Crédit photo: Joseph Michael

Il y a de cela 30 millions d’années au temps de l’Oligocène, la Nouvelle-Zélande était submergée par un océan. Les sédiments se sont entassés pour former du calcaire, la pression de l’eau était immense, il ne manquait plus qu’un tremblement de terre pour lancer complètement le processus de forage. L’eau s’est donc infiltrée et à ainsi pue sculpter des centaines de grottes et de tunnels dans le calcaire.

Aujourd’hui, 300 grottes ont été découvertes, toutes plus magnifiques les unes que les autres, c’est pourquoi nous pouvons affirmer que l’eau est le meilleur architecte du monde.

« Waitomo » ou « l’eau passant par un trou » en maori.

Crédit photo: Joseph Michael

À la suite de cet immense forage, certaines grottes se sont mises à briller telles des constellations, nous offrant un spectacle digne d’une série de sciences-fictions.

Par quel miracle cela est-il possible ?

Ces lumières ne viennent pas de la roche en elle-même puisqu’elles ne sont pas présentes dans toutes grottes.

Si on regarde cette galaxie de plus près on peut s’apercevoir qu’elle est gluante et qu’il s’agit en réalité d’une ville bioluminescente peuplée de vers luisants, les arachnocampa luminosa ou glowworm.

Crédit photo: Joseph Michael

Mais comment peuvent-ils faire de la lumière sans lumière ?

À partir de cette question plusieurs théories s’offrent à nous.

Est-ce un élément luminescent extérieur qui vient se fixer sur les vers, une bactérie ?

Ou alors est-ce intracellulaire ou extra-cellulaire ?

Après quelques recherches nous pouvons éliminer la symbiose avec une bactérie car ce phénomène n’existe que dans les fonds marins. Cependant il est très fascinant et sera probablement l’objet d’un futur article.

Il semblerait que ce ne soit pas de la bioluminescence intracellulaire car il faudrait que ces vers aient un type de cellule spécialiser, les photocytes.

Il s’agit donc de bioluminescence extra-cellulaire. En effet, ces larves synthétisent de la luciférine (soufre, carbone, azote, oxygène, hydrogène) ainsi que l’enzyme lui correspondant, la luciférase. Une fois synthétisés ces composants sont stockés dans leurs tubules du système excréteur (tubes de Malpighi). La luciférine et la luciférase forment ensuite un complexe induit par de l’ATP et des ions magnésium. Il faut savoir que l’ATP, ou adénosine triphosphate, joue le rôle de fournisseur d’énergie dans la majorité des processus cellulaires. Par la suite, la luciferine s’oxyde ce qui crée de l’énergie biochimique qui se transforme en lumière par l’émission de photons.

Maintenant, imaginons que je n’aurai pas pu faire de recherches sur internet parce que toutes ces découvertes n’auraient pas encore été faites, comment j’aurai fait pour trouver la réponse à mes questions ? (Il est important que vous y répondiez dans votre tête avant de lire la suite).

J’aurai analysé l’environnement dans lequel vivent ces vers, fait des observations à la loupe binoculaire et au microscope, analysé les excréments .

Je n’ai pas la science infuse donc si vous le voulez dites moi en commentaire vos idées de méthodes de recherches par ce que ça m’intéresse beaucoup.

En parlant d’environnement, pourquoi ces vers ne sont pas présents dans toutes les grottes ?

À Waitomo on peut remarquer que dans les grottes sèches il n’y a pas de vers alors que dans celles qui abritent un lac il y a des vers. A cela il peut y avoir deux raisons. Premièrement, les vers ont besoin d’eau, par exemple nous avons vu précédemment que la luciférase est composée d’oxygène et d’hydrogène. Deuxièmement, là où il y a de l’eau il y a des insectes qui sont les constituants de l’alimentation des vers.

A ce moment-là de la réflexion nous pouvons nous demandez comment font les vers pour manger puisqu’ils n’ont pas une grande capacité de mouvements ?

Cette question trouve ça réponse en s’alliant avec une autre question, à savoir, pourquoi les vers brillent-ils ?

En effet dans le cas des glowworm la bioluminescence n’est pas un mystère évolutif.

Les insectes souhaitant sortir de la grotte s’aident de la lumière pour être guidés jusqu’à la sortie mais là où ils pensent se rapprocher de la sortie, ils se retrouvent piégés dans un filament gluant de vers. Malheureusement, si leur technique ne fonctionne pas, les vers s’en remettent au cannibalisme.

Une toute dernière question, comment font-ils pour détecter la présence du dîner ?

Si vous vous rendez dans la grotte des glowworm et que vous tapez contre les parois, votre regard sera alors immédiatement subjugué par la galaxie formée pas les vers.

Il ne s’agit pas du bruit mais plutôt des vibrations, signe qu’une proie a touché leurs filaments.

Ils émettront alors plus de lumières pour imiter la présence de la sortie.

Cette lumière bleu verte est modifiée par des cellules qui filtrent les pigments ou interfèrent avec, ne laissant passer qu’une certaine longueur d’onde. C’est également grâce à ce genre de cellules que les femelles émettent plus de lumière que les mâles.

Pour finir je tiens à vous dire que je trouve ce genre de phénomène naturel complètement dingue.

La nature m’étonne chaque jour beaucoup plus et elle ne cessera jamais de m’impressionner. Je rêve de pouvoir un jour cerner comment la nature fonctionne. Ce qu’elle nous réserve est inimaginable et je nous souhaite à tous d’en découvrir le plus possible sur elle. C’est pour cela qu’il faut absolument resté curieux. Plus nous la comprendrons et plus nous saurons comment la respecter.

Mes meilleurs vœux pour 2019.

Sources:https://www.universalis.fr/encyclopedie/photogenese-biologie/#i_93641 https://generationvoyage.fr/nouvelle-zelande-grottes-waitomo/ http://tourdelaplanete.com/les-grottes-de-waitomo http://dufresne-street.com/grottes-de-waitomo/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *